MAIRIES DE MONTMARTRE

 

Le mur des Fermiers-Généraux ayant coupé en deux la paroisse de Montmartre, il y eut, après 1786, le Montmartre intra-muros, ou Bas-Montmartre, et le Montmartre extra-muros, ou Haut-Montmartre. Lorsque peu après, dès le début de la Révolution, il y eut lieu, en vertu de la loi du 14 décembre 1789, d'élire les municipalités qui allaient gérer les nouvelles communes, les notables de Montmartre se réunirent à l'hôtel Malesherbes, qui se trouvait rue des Martyrs, dans la partie intra-muros, pour choisir les personnes à présenter pour constituer leur municipalité.

Or, le Montmartre extra-muros était constitué par une population paisible de meuniers, de laboureurs, de vignerons et de carriers ; elle n'avait rien de commun avec la population turbulente du Montmartre intra-muros qui, composant les trois quarts et demi de la population totale, était surtout riche en cabaretiers, restaurateurs, lieux de plaisir, bals et jeux champêtres. Le Haut-Montmartre reprochait au Bas-Montmartre d'être la cause des lourds impôts dont l'ancienne paroisse avait été accablée. Il jugea donc que le moment était propice pour ne plus avoir quoi que ce soit de commun avec le Bas-Montmartre. Aussi mit-il à profit ces élections pour décider d'élire sa propre municipalité à l'heure où, dans l'hôtel Malesherbes, on discutait de celle de l'ensemble de Montmartre. De ce fait, deux municipalités furent élues à l'intérieur de l'église Saint-Pierre : le 26 mars 1790, celle du Montmartre intra-muros et, le 29 mars, celle du Montmartre extra-muros. La première, installée rue de la Tour-d'Auvergne, puis dans l'hôtel Malesherbes, se considéra comme étant la seule légale et officielle et, voulut gérer tout le territoire de Montmartre, celui du haut comme celui du bas.

L'Assemblée nationale trancha le différend, le 22 juin 1790, en rattachant à Paris le Montmartre intra-muros qui constitua, dès lors, deux des quarante-huit sections qui allaient composer la nouvelle division administrative de Paris. Les Porcherons et la Nouvelle-France devinrent les sections du Faubourg-Montmartre et de la Grange-Batelière, ils constitueront plus tard les quartiers Saint-Georges et Rochechouart du IXe arrondissement.

Le Montmartre extra-muros forma donc à lui seul la commune de Montmartre, réduite dès lors au sixième environ de l'ancien domaine des Dames de Montmartre. Sa première mairie s'installa place du Tertre (1790), au premier étage du domicile de son premier maire, Félix Desportes de Blinval dont l'existence fut fort mouvementée, car il servit tous les régimes.

Par la suite, elle s'installa dans le passage de l'Elysée-des-Beaux-Arts (rue André-Antoine), puis dans la Petite-Rue-Royale (rue Houdon) et, enfin, dans le passage de l'Arcade où elle resta jusqu'à ce que, la population allant croissant, le besoin se fît sentir d'un édifice spécialement affecté au service municipal. D'où la construction, à partir du 19 décembre 1835, de bâtiments situés place de l'Abbaye nos 8 et 10 (place des Abbesses) pour y installer un hôtel de ville et des écoles pour garçons et filles.

Le square Jehan-Rictus recouvre une partie de l'emplacement occupé par la mairie de la commune de Montmartre de 1837 à 1860, et par celle du XVIIIe arrondissement de 1860 à 1892. Une école pour filles et garçons, construite derrière elle, au fond du square actuel, lui avait été annexée. Cet ensemble, dont la construction commença le 19 décembre 1835, comportait un grand bâtiment composé d'un rez-de-chaussée avec porte centrale flanquée de trois fenêtres de chaque côté, d'un premier étage et d'un attique à sept fenêtres surmonté d'un lanternon portant une horloge. Le comte de Rambuteau, préfet de la Seine, l'inaugura le 3 mai 1837.

La mairie actuelle du XVIIIe arrondissement, place Jules-Joffrin, remplace celle qui était antérieurement située place des Abbesses. Œuvre de Varoclier, de style Renaissance, sa première pierre a été posée le même jour que celle du pont Caulaincourt, le 16 décembre 1888 ; elle a été inaugurée le 17 juillet 1892.

 

 

 

MAIRES DE MONTMARTRE

 

01. Félix DESPORTES DE BLINVAL (1790-1801)

Nicolas-Félix Desportes (76.Rouen, 05 août 1763-75009.Paris, 26 août 1849). Fils d'un épicier de Rouen, quelque peu avocat, il habitait la place du Tertre depuis 1788. Président de l'assemblée des représentant du Montmartre extra-muros, il fut élu maire le 29 mars 1790, à 27 ans ; il reçut, tant chez lui qu'à la mairie, Bailly, La Fayette, Danton et les principaux personnages du début de la Révolution. Il fit baptiser sa fille du prénom de Montmartre et lui donna la commune comme marraine. Fin octobre 1791, il se fit charger d'une mission diplomatique près des cantons helvétiques ; si sa première fille avait eu Montmartre comme marraine, il donna, en 1792, comme marraine à sa seconde fille la « haute et puissante dame Dorothée-Caroline-Frédérique, née baronne de Furtten-Waerther, épouse du haut et puissant seigneur Louis, baron de Closen, chambellan de S.A.S. le duc régnant de Deux-Ponts ». Desportes devint, en 1794, ministre plénipotentiaire près de la République de Genève. Considéré comme réactionnaire, il fut exclu du club des Jacobins, puis arrêté ; il aurait fini sur l'échafaud si le 9 Thermidor ne l'avait sauvé. En 1798, il fut nommé commissaire général du Directoire dans le département du Léman. Le Premier consul le nomma secrétaire général du ministère de l'intérieur et l'empereur, préfet du Haut-Rhin, (1802), puis baron (1809). Révoqué, en 1813, comme partisan du général Moreau, il rallia les Bourbons en 1814, puis Napoléon après le retour de l'île d'Elbe, ce qui le fit proscrire pour cinq ans par Louis XVIII en 1815. Ce « caméléon politique », ainsi qu'on l'appela, mourut, en 1849, rue Laffitte, complètement oublié.

 

02. GANDIN (1801-1809)

 

03. Pierre FINOT (1810-1816)

Pierre Finot (1743-1816) est enterré au Cimetière du Calvaire.

 

04. FAVERET (1817-1828)

 

05. BAZIN (1829-1831)

 

06. VÉRON (1831-1842 : il existe quelques lacunes pour cette période)

Véron (mort en 1861) fut adjoint au maire de Montmartre de 1809 à 1830.

 

07. BIRON (1843-1847)

Ancien employé des Postes.

 

08. VASSE (1848/1850 ?)

 

09. PIÉMONTÉSI (1851-1854)

 

10. Baron Michel de TRÉTAIGNE (1855-1860)

Jean-Baptiste Michel de Trétaigne (1780-1869) était maire de Montmartre lors de l’annexion de cette commune à la capitale (1860). L'hôtel de la Boule d'Or (112 rue Marcadet) appartint, en 1839, au baron Michel de Trétaigne, ancien médecin principal des armées de l'Empire, qui le légua à sa mort, à son fils Léon-Michel de Trétaigne, un des historiens de Montmartre et de Clignancourt.

 

 

 

MAIRES DU XVIIIE ARRONDISSEMENT DE PARIS

 

01. Baron Michel de TRÉTAIGNE (1860-1862)

Adjoints :

Achille LABAT (1860-1869)

Louis d’HEILLY (1860-1862)

 

02. Léon LE BLANC (1862-1869)

Adjoint :

Achille LORRAIN (1862-1870)

 

03. Achille LABAT (1869-1870)

Il était déjà adjoint au maire en 1859. L'hôtel Labat (71 rue Marcadet), construit en 1663, appartint en 1794, au maître-carrier Gorisse, dont la fille en devint propriétaire en 1797. Elle avait épousé Jean Labat, inspecteur des carrières. L'hôtel Labat, appartint ensuite à son fils, Achille Labat. Externat de jeunes filles en 1910, cet hôtel disparut progressivement ; il n'en reste plus rien, sinon deux vases de pierre situés au haut de l'encadrement de son ancienne porte cochère.

Adjoint :

Joseph COCHIN (1869-1870)

 

04. Georges CLEMENCEAU (1870-1871)

Adjoints :

Jean-Baptiste LAFONT (1870-1871)

Alexandre SIMONEAU (1870)

GRIMAUX (1870)

Simon DEREURE (1870-1871)

JACLARD (1870-1871)

 

Georges ARNOLD, Jean-Baptiste CLÉMENT, Gustave CLUSERET, Simon DEREURE, Théophile FERRÉ, Paschal GROUSSET, Albert THEISZ et Auguste VERMOREL, élus à la Commune de Paris ont fait fonction de maires du XVIIIe arrondissement du 26 mars au 23 mai 1871.

 

05. Gabriel CHALIGNY (1871-1879)

Adjoints :

François CHEVALIER (1871-1879)

Emile MARTIN-LANDELLE (1871-1879)

Sébastien MAILLARD (1871-1878)

Jean-Baptiste BIN (1878-1883)

 

06. Emile Martin LANDELLE (1879-1883)

Adjoints :

Alexandre SIMONEAU (1879-1882)

Louis HANOYÉ (1879-1888)

 

07. Jean-Baptiste BIN (1883-1889)

Adjoints :

Jacques WIGGISHOFF (1882-1889)

Léon LAMQUET (1882-1893)

Prosper GROS (1882-1893)

Michel SCHULTZ (1883-1884)

Charles DEGUILLIEN (1884-1896)

Jean TEISSEDRE (1886-1901)

 

08. Jacques WIGGISHOFF (1889-1899)

Jacques-Charles Wiggishoff (Paris, 25 avril 1842-Paris, 02 avril 1912), fils de Charles-Joseph Wiggishoff et de Marie-Madeleine-Caroline Hoch. Industriel dans les parfums, président de la Société des Collectionneurs d'ex-libris, auteur du Dictionnaire des dessinateurs et graveurs d'ex-libris français (Paris, 1915). Il épousa Louisa Leclerc (60.Clermont, 01 avril 1846-21 décembre 1903), fille de François Leclerc, brasseur, et d'Adélaïde-Armance Dusuel.

Adjoints :

Jean-Baptiste JOSSET (1888-1903)

Edouard DOUILLET (1890-1905)

Louis BERTRAND (1893-1901)

Louis PATUREAU (1893-1900)

 

09. Charles PUGEAULT (1899-1906)

Adjoints :

Edouard KLEINMANN (1900-1906)

Louis HUNEBELLE (1901-1911)

Eugène DELCASSAN (1901-1919)

Maurice MOOK (1903-1940)

Jean MAYOUX (1905-1927)

 

10. Edouard KLEINMANN (1906-1927)

Adjoints :

Louis HUNEBELLE (1901-1911)

Eugène DELCASSAN (1901-1919)

Maurice MOOK (1903-1940)

Jean MAYOUX (1905-1927)

Alfred BESNARD (1906-1924)

Auguste RONTAIX (1911-1937)

Emile DUPREST (1919-1934)

Charles Arthur BRAILLON (1923-1941)

Etienne ARDELY (1923-1940)

 

11. Jean MAYOUX (1927-1939)

Adjoints :

Maurice MOOK (1903-1940)

Auguste RONTAIX (1911-1937)

Emile DUPREST (1919-1934)

Charles Arthur BRAILLON (1923-1941)

Etienne ARDELY (1923-1940)

Xavier RAPHANEL (1928-1944)

Georges LION (1928-1936)

Henri ROMEYER (1934-1939)

Jules DUFLOT (1936-1941)

Emile RONTAIX (1937-1939)

Louis CROSNIER (1939-1940)

 

12. Maurice MOOK (1939-1940)

Adjoints :

Charles Arthur BRAILLON (1923-1941)

Etienne ARDELY (1923-1940)

Xavier RAPHANEL (1928-1944)

Jules DUFLOT (1936-1941)

Louis CROSNIER (1939-1940)

Hyacinthe SERVONNET (1939-1940)

Pierre GABRIEL (1939-1944)

 

13. François GEORGES-PICOT (1940-1941)

Adjoints :

Charles Arthur BRAILLON (1923-1941)

Xavier RAPHANEL (1928-1944)

Jules DUFLOT (1936-1941)

Hyacinthe SERVONNET (1939-1941)

Pierre GABRIEL (1939-1944)

Adrien GODARD (1940-1944)

Pierre HOARAU (1940-1941)

Lucien MINOUX (1940-1944)

 

14. Hyacinthe SERVONNET (1941-1944)

Adjoints :

Xavier RAPHANEL (1928-1944)

Pierre GABRIEL (1939-1944)

Adrien GODARD (1940-1944)

Lucien MINOUX (1940-1944)

Louis CROSNIER (1941-1944)

Charles ROBERT-MULLER (1941-1942)

François BAYART (1942-1944)

Raymond BERTHAULT (1942-1944)

Henri MONTAGNE (1942-1944)

Jules PERRIN (1944-1944)

 

15. Odilon ARRIGHI (1946-1950)

Adjoints :

Maurice CREANGE (1946-1952)

Marcel LAJOUS (1946-1948)

Gilbert LADEVEZE (1946-1950)

Mlle Maria RENTY (1946-1948)

Emile DACHEUX (1946-1970)

Charles BLOCKHUYSEN (1946-1974)

Roger BASATA (1946-1947)

Mme Justine BAUDE (1947-1949)

Maria DOURTHE-RENTY (1948-1955)

Justine MAYEUR (1949-1950)

Armand ZIWES (1950-1950)

 

16. Jean LELANDAIS (1950-1960)

Adjoints :

Maurice CREANGE (1946-1952)

Maria DOURTHE-RENTY (1946-1955)

Emile DACHEUX (1946-1970)

Charles BLOCKHUYSEN (1946-1974)

Georges BROQUELET (1950-1961)

Pierre COLLET (1950-1963)

René RONZEAU (1951-1964)

Emile OSTROWSKI (1952-1959)

Louis DEMORGON (1955-1974)

Suzanne MUFRAGGI (1959-1961)

 

17. Constant TEFFRI (1960-1968)

Adjoints :

Emile DACHEUX (1946-1970)

Charles BLOCKHUYSEN (1946-1974)

Georges BROQUELET (1950-1961)

Pierre COLLET (1950-1963)

René RONZEAU (1951-1964)

Louis DEMORGON (1955-1974)

Suzanne MUFRAGGI (1959-1961)

Jean BOUVET (1961)

Alfred SAROLEA (1962)

Antoinette BINOCHE (1963-1968)

Michel DIGARD (1964-1968)

 

18. Antoinette BINOCHE (1868-1977)

Adjoints :

Emile DACHEUX (1946-1970)

Charles BLOCKHUYSEN (1946-1974)

Louis DEMORGON (1955-1974)

Jean BOUVET (1961)

Alfred SAROLEA (1962)

Georges GASNIER (1968-1972)

Marcel COLLET (1968-)

Henri LEROY (1970-)

Jean VIDAL (1973-)

Jeanne BOHEC (1974-)

René O’BADIA (1974-)

 

En 1977, Jacques CHIRAC devient maire de Paris.

 

 

Montmartre